Suivez-moi :
Comment apprendre la gamme pentatonique : le guide complet
10
Nov
2019

Comment apprendre la gamme pentatonique : le guide complet

Écrit par Cyril Michaud -

Dans cet article, je vous livre 5 astuces simples et peu connues pour bien apprendre la gamme pentatonique. Rien à voir avec les conseils râbachés dans la plupart des articles et vidéos.

Comment apprendre la gamme pentatonique : le guide complet

2 erreurs qui vous empêchent de maîtriser la gamme pentatonique

2 erreurs qui vous empêchent d'apprendre la gamme pentatonique

Je vous ai menti.

Cet article ne contient pas 5 astuces… mais 6 !

Que voulez-vous ! Je me sentais d’humeur généreuse aujourd’hui !

Vous êtes fâché ? Bon, pour me faire pardonner, voyons un peu ce qui cloche avec cette foutue gamme pentatonique.

Pourquoi n’arrivez-vous pas à la maîtriser, bon sang ?

Pourtant, je sais que vous êtes plein de bonne volonté. Vous aimeriez vraiment y arriver, et je ne parle pas de connaître vaguement quelques positions. Non. On parle bien de pouvoir improviser librement sur tout le manche.

Problème : aujourd’hui, vous connaissez plutôt bien la première position de votre pentatonique, mais vous n’arrivez pas à en sortir. Vous enchaînez toujours les mêmes plans sans grande conviction et vos improvisations sont fades. En clair, vous êtes bloqués.

Comment je le sais ? Car c’est tout simplement le quotidien des guitaristes débutants. J’ai moi-même vécu cela à mes débuts. C’est une situation frustrante et même démotivante.

Heureusement, il existe des solutions pour s’en sortir.

Lisez cet article jusqu’au bout et vous découvrirez lesquelles.

Je vous détaillerai d’abord les 2 erreurs qui vous empêchent de maîtriser la gamme pentatonique.
Nous ferons ensuite un bref rappel théorique avant de conclure sur une série d’astuces pour décupler vos progrès.

* * *

En fin d'article, vous pourrez télécharger gratuitement un pack contenant
1 résumé de 8 pages et 12 plans blues (format PDF et Guitar Pro).

Voici pourquoi vous ne maîtrisez pas encore la gamme pentatonique

Parfois, je me sens comme Bill Murray dans le film Un jour sans fin. Je vois le même schéma se répéter inlassablement… Vous mémorisez la première position de la gamme pentatonique rapidement et sans grande difficulté, vous l’utilisez alors pour improviser, puis…

C’est tout.

Beaucoup de guitaristes s’arrêtent simplement là.

ERREUR 1 : le temps est votre pire ennemi

Pourquoi si peu de guitaristes maîtrisent les 5 positions de la gamme pentatonique ?

La réponse est simple.

* * * Roulement de tambour * * *

Ils débutent tous par la position 1 et attendent ensuite trop longtemps pour apprendre les autres.

Vous croyez sans doute que les 4 autres positions sont plus difficiles à apprendre ?

Faux.

En réalité, vous trouvez la position 1 facile pour deux raisons : c’est la première que vous avez apprise et c’est celle que vous utilisez depuis longtemps (des mois ou des années). La conclusion saute aux yeux : plus vous utilisez un outil, mieux vous le maîtrisez. Et plus vous maîtrisez un outil, plus il est difficile d’en changer.

Le problème n’est donc pas que vous ne connaissez pas les autres positions. Le vrai problème est que vous connaissez trop bien la position 1 par rapport aux 4 autres.

En gros, vos connaissances sont déséquilibrées.

Alors forcément, tout va bien lorsque vous utilisez la position 1. Vous êtes à l’aise, car vous vous repérez facilement. Mais dès que vous vous aventurez dans les autres positions, c’est le drame. Vous hésitez, vous enchaînez les fausses notes, et face à l’ampleur des dégâts, vous retournez vite à votre position 1.

Et là, vous êtes pris dans un cercle infernal, car plus vous attendez, plus vous vous enfermez dans cette position de confort.

En réalité, ce n’est pas le fait de travailler une seule position sur une longue période qui est une erreur. C’est plutôt le manque de motivation du guitariste lambda à faire la même démarche pour les quatre positions suivantes.

Mais cette erreur n’est pas la seule cause de vos difficultés. C'est même la moins dramatique des deux...

ERREUR 2 : votre approche est mauvaise (mais ce n’est pas votre faute)

Regardez cette tablature.

Exercice sur la gamme pentatonique mineure en tablature

Ça vous parle ?

Vous avez sans doute consulté des tas d’articles ou vidéos qui vous donnent des exercices de gamme de ce type à pratiquer tous les jours. En gros, monter et descendre la gamme sur tout le manche.

Franchement...

Je suis le seul à trouver ça CHIANT comme la pluie ? Rassurez-moi…

Désolé pour la vulgarité, mais y a-t-il quelqu’un qui aime faire ce genre d’exercice quotidiennement pendant des semaines, des mois voire des années ?

Donnez-moi votre avis en commentaire.

Alors oui, cela peut être utile à faire au début pour mémoriser vos doigtés, mais si vous comptez sur ce type d’exercice pour maîtriser musicalement la pentatonique ou toute autre gamme, fuyez de suite pauvre fou !

Le pire est qu’il y a des guitaristes qui pensent devoir faire cela absolument avant de pouvoir commencer à improviser !

AU SECOURS !

Imaginez si on vous avait demandé de réciter par coeur tous les mots du dictionnaire avant d’avoir le droit de parler ! Ce serait absurde.

Le problème n’est pas tant l’exercice que la manière de l’utiliser. Par définition, un exercice est conçu pour solutionner une difficulté technique précise. Une fois cette difficulté résolue, l’exercice devient alors inutile. En clair, les exercices vous offrent une maîtrise technique de la gamme, mais le but ultime est de faire de la musique avec.

Et c’est là où il y a une confusion dans l’apprentissage.

Apprendre une gamme n’est pas juste un travail technique. C’est aussi un apprentissage théorique et créatif. Apprendre une gamme, c’est avant tout en comprendre l’architecture (les intervalles qui séparent chaque note), en ressentir la couleur (la sonorité globale apportée par ses intervalles) et enfin savoir l’articuler musicalement pour communiquer des émotions.

C’est une approche d’écoute, d’expérimentation et de ressenti, alors que les exercices de gamme sont essentiellement digitaux. Vous devez donc utiliser les bons outils dans le bon contexte.

Utilisez les exercices techniques basés sur des gammes pour en mémoriser les doigtés ou améliorer votre technique (vitesse, changement de corde, aller retour, legato, etc.), mais si vous voulez apprendre réellement une gamme, il faut procéder autrement (j’en parle en toute fin d’article).

Préparez-vous un bon café ou une tasse de thé, car c'est l'heure de vous conter une petite anecdote.

Lorsque j’étudiais la guitare au conservatoire, j’ai bouffé des exercices de gamme à la pelle, dans toutes les tonalités, avec différents doigtés, des variations de rythme, etc.

Est-ce que cela a développé ma créativité ? Non.

Est-ce que cela m’a appris à improviser ? Clairement non.

Est-ce que cela m’a aidé à mémoriser toutes ces gammes ? Encore non.

Dans ce type d’exercice, les gammes ne sont qu’un prétexte pour développer en vérité la dextérité de la main gauche. On pratique un maximum de positions et de doigtés pour être préparé à toutes les difficultés techniques rencontrées dans les oeuvres du répertoire. C'est une excellente chose, mais cela ne nous aide pas à comprendre profondément ces gammes.

Demandez à des élèves de conservatoire d’improviser quelque chose, la plupart sont incapables d’aligner 3 notes sans partition alors qu’ils jouent parfois des morceaux d’une difficulté technique impressionnante.

Conséquence, je n’ai jamais fait travailler ainsi les gammes à mes élèves. J’ai toujours axé mon approche sur le caractère ludique et créatif. J’ai troqué les sempiternels exercices de gamme contre des jeux de contraintes.

Voici quelques exemples de contraintes :

  • improviser sur une seule corde ;
  • improviser avec un rythme imposé ;
  • improviser uniquement avec des slides ;
  • improviser sans utiliser de tierces ;
  • improviser avec un petit réservoir de 3 ou 4 notes à combiner librement.

Et devinez quoi ?

Même des enfants de 7 ans qui en étaient à leur première année de guitare arrivaient à improviser des phrases intéressantes avec cette approche. La clef est de varier les contextes de travail au maximum. Ainsi, la maîtrise profonde des gammes se fait progressivement par une accumulation d’expériences et de ressentis.

Les contraintes favorisent la créativité, car vous devez trouver des solutions pour vous exprimer.

J’y reviens en fin d’article.

* * *

On retrouve la même logique en littérature avec les contraintes de l'Oulipo (page Wikipédia).

Par exemple, le roman de Georges Perec La Disparition est entièrement écrit sans la lettre e.

Apprendre une gamme est comme apprendre une langue. Il y a une différence entre connaître 1000 mots et savoir les utiliser pour communiquer de manière cohérente.

Maintenant, place à la théorie !

Le système pentatonique

Comprendre la gamme pentatonique (théorie musicale)

Qu’est-ce que le système pentatonique

Dans la musique occidentale, nous utilisons un système composé de 12 notes :

DO - DO# - RÉ - RÉ# - MI - FA - FA# - SOL - SOL# - LA - LA# - SI

Une gamme n’est rien d’autre qu’un ensemble de notes choisies parmi ces 12 notes. Il existe ainsi des gammes de 7 notes (les plus courantes), mais aussi de 6 notes, de 8 notes, de 9 notes, etc.

Le système pentatonique se base sur des gammes de 5 notes. Ainsi, tout ensemble de 5 notes peut-être théoriquement considéré comme une gamme pentatonique.

À la guitare, seule deux de ces gammes nous intéressent : la gamme pentatonique mineure et la gamme pentatonique majeure.

Comment construire une gamme pentatonique

Pour construire ces deux gammes, nous utiliserons les intervalles du mode pentatonique mineur et du mode pentatonique majeur.

La différence entre gamme et mode n’est pas claire pour vous ?
Regardez la vidéo suivante : j’y explique tout en détail.

Voici ce que vous devez retenir

Un mode désigne une succession d’intervalles, alors qu’une gamme désigne une succession de notes

Ensuite, chaque mode vous permet de construire une série de gammes. Pour cela, on sélectionne une note de départ et on lui applique les intervalles du mode pour obtenir les autres notes de la gamme.

Ainsi, le mode majeur pentatonique sert de référence pour construire les gammes pentatoniques majeures et le mode mineur pentatonique permet d’obtenir les gammes pentatoniques mineures.

Voici deux diagrammes circulaires détaillant les intervalles de ces deux modes.

Diagramme du mode pentatonique mineur et du mode pentatonique majeur

Le cercle rouge correspond à la tonique du mode (aussi appelée finale, note nominale ou note de référence), c’est-à-dire son point de départ.

IMPORTANT : les intervalles d’un mode sont toujours calculés à partir de ce point de départ.

Ainsi, les cercles suivants représentent chacun un intervalle, c’est-à-dire la distance qui sépare ce cercle du cercle rouge.

Vous noterez que le diagramme contient 12 cercles, car il existe 12 notes de musique. Pour obtenir une gamme, vous avez donc juste à choisir une note de départ parmi les 12, à l’inscrire dans le cercle rouge, puis à retrouver toutes les autres en appliquant les intervalles donnés par le diagramme.

Tableau des intervalles en musique

On peut représenter les intervalles des modes de 2 manières : soit en énumérant les intervalles qui séparent chaque note de la tonique de la gamme — le nom de l’intervalle est alors écrit en toutes lettres ou abrégé en chiffre, soit en mesurant l’intervalle qui sépare chaque note de celle qui la précède — la valeur de cet intervalle est exprimée en ton et demi-ton ou en nombre de cases sur la guitare.

Ainsi, les cercles suivants représentent chacun un intervalle, c’est-à-dire la distance qui sépare ce cercle du cercle rouge.

RAPPEL : 1 demi-ton équivaut à 1 case sur la guitare, et 1 ton équivaut à 2 demi-tons.

Voyons ce que cela donne pour les modes pentatoniques majeur et mineur :

MODE PENTATONIQUE MAJEUR

Nom des intervalles


En toutes lettres
: tonique, seconde majeure, tierce majeure, quinte juste, sixte majeure

En chiffres
: 1 2 3 5 6


Valeur des intervalles

En ton et demi-ton : 1 ton, 1 ton, 1,5 ton, 1 ton, 1,5 ton
En nombre de cases : 2 2 3 2 3

* * *

MODE PENTATONIQUE MINEUR

Nom des intervalles

En toutes lettres : tonique, tierce mineure, quarte juste, quinte juste, septième mineure
En chiffres : 1 b3 4 5 b7


Valeur des intervalles

En ton et demi-ton : 1,5 ton, 1 ton, 1 ton, 1,5 ton, 1 ton
En nombre de cases : 3 2 2 3 2

Prenons un exemple avec le mode pentatonique mineur.

Choisissons la note la comme tonique et appliquons-lui les intervalles du mode. Nous obtenons alors la gamme pentatonique mineure de la constituée des notes la, do, ré, mi, sol.

Diagramme de la gamme pentatonique mineure de la

Si nous avions choisi la note mi, nous aurions eu la gamme pentatonique mineure de mi : mi, sol, la, si, ré.

Diagramme de la gamme pentatonique mineure de mi

Maintenant, faisons un autre exemple avec le mode pentatonique majeur et la note la comme tonique. Après application des intervalles, nous obtenons la gamme pentatonique majeure de la constituée des notes la, si, do#, mi, fa#.

Diagramme de la gamme pentatonique majeure de la

Avec la note sol comme point de départ, nous aurions la gamme pentatonique majeure de sol : sol, la, si, ré, mi.

Diagramme de la gamme pentatonique majeure de sol

 

Envie d'en savoir plus ?

Pour plus d’information sur la construction des gammes,
je vous invite à lire mon article sur la tonalité et les accords.

Schéma des positions de la gamme pentatonique

En réalité, les modes pentatoniques majeur et mineur partagent le même schéma d’intervalles. Ils sont simplement décalés d’un cran.

Le premier tableau illustre ce décalage d'intervalles en ton et demi-ton ; le deuxième tableau avec le nombre de cases sur la guitare.

Intervalles des gammes pentatoniques majeure et mineure en ton et demi-ton

Intervalles des gammes pentatoniques majeure et mineure en nombre de case sur la guitare

Voici ce que donne ce décalage d’intervalle sur le diagrammes des modes. Il vous suffit de prendre celui de la gamme pentatonique majeure et de le décaler de 3 crans dans le sens des aiguilles d'une montre.

Intervalles des modes pentatoniques majeur et mineur

Par conséquent, le diagramme des notes de la gamme pentatonique mineure est identique à celui de la gamme pentatonique majeure.

Diagramme de la gamme pentatonique

La seule vraie différence entre les deux sera l’emplacement de la tonique (indiquée en rouge sur les deux diagrammes suivants).

Diagramme de la gamme pentatonique mineure

Diagramme de la gamme pentatonique majeure

Maintenant, vous noterez qu’il n’est pas simple de mémoriser ce diagramme. C’est pourquoi on l’a fragmenté en plusieurs positions.

Il existe 5 positions puisque la gamme pentatonique contient 5 notes. Chaque position débute donc par une de ces 5 notes : première note de la gamme pour la position 1, deuxième note de la gamme pour la position 2 et ainsi de suite.

Voici le diagramme des 5 positions de la gamme pentatonique mineure.

Positions de la gamme pentatonique mineure

Et voici le diagramme des 5 positions de la gamme pentatonique majeure.

Positions de la gamme pentatonique majeure

Maintenant, la question qui vous brûle les lèvres est comment mémoriser tout cela facilement et rapidement ?

Comment mémoriser les positions de la gamme pentatonique

Pour commencer, apprenez en priorité la pentatonique mineure, car elle est bien plus utilisée que la pentatonique majeure. Vous y gagnerez donc en polyvalence.

Ensuite, apprenez chaque position séparément en débutant par la première.

Rappelez-vous de ce que je vous ai dit en début d’article : ne vous limitez pas à une seule position et n’attendez pas trop avant de les apprendre toutes. Évidemment, il est toujours préférable de maîtriser parfaitement une seule position plutôt qu’être médiocre sur les cinq, mais si vous lisez cet article, c’est bien pour toutes les maîtriser, non ?

L’approche courante est de travailler par bloc en isolant chaque position sur une longue période (1 semaine ou 1 mois par exemple). C’est une méthode laser où vous ciblez une notion précise de manière chirurgicale. Vous aurez ainsi le temps de l’expérimenter et de la mémoriser. Plus votre période de travail sera longue, plus votre connaissance de la position sera profonde. À la fin, vous aurez gagné en aisance et acquis des repères solides. Vous serez même capable d’improviser quelques phrases intéressantes.

Problème, dès que vous passerez à la position suivante, vous perdrez tous vos repères et vous aurez la désagréable impression de repartir à zéro. Cerise sur le gâteau : vous devrez encore répéter cela avec les trois positions restantes…

Pas terrible pour la motivation, n’est-ce pas ?

Vous serez en prime frustré de ne plus être aussi à l’aise et vous n’aurez qu’une envie : retourner sur la position que vous connaissez bien par facilité. Cela nous amène à la conclusion suivante : plus vous passez de temps sur une position, plus vous accentuez le problème, car votre niveau de connaissance se déséquilibre de plus en plus.

* * * * *

Toutes mes félicitations !

Vous venez de tomber dans le piège que je décrivais en introduction !

* * * * *

C’est tout le problème de ce type d’apprentissage cloisonné : vous apprenez une notion A jusqu’à la maîtriser parfaitement, puis vous la mettez de côté pour apprendre une notion B et ainsi de suite. Avec cette méthode, il vous sera plus difficile de relier vos connaissances et vous aurez l’impression d’être un éternel débutant.

Visualisez Sisyphe poussant éternellement sa pierre au sommet d’une montagne, d’où elle finit toujours par retomber… vous êtes Sisyphe, mais avec une guitare.

Sisyphe

Encore une fois, ce n’est pas la méthode qui est mauvaise. Elle serait même théoriquement logique et idéale… si on ignorait la tendance naturelle des gens à la procrastination (je m’inclus dans le lot)…

Cette sensation de tout recommencer sans cesse entraîne souvent une baisse de motivation. Vous vous dites :

« Oh, je vais déjà m’amuser avec la position 1 maintenant que je la connais bien, et on verra plus tard pour les autres ».

Allez... soyez honnête. Vous savez tout comme moi que ce « plus tard » n’arrive en fait jamais.

Après, si vous avez la rigueur et la motivation nécessaire pour travailler de manière égale chaque position, cette méthode fonctionnera très bien pour vous. Personnellement, je n’ai pas eu la patience de le faire à mes débuts et je n’avais pas de professeur à l’époque pour me mettre un coup de pied au cul ! Avec les années, j’ai constaté que la plupart des guitaristes ne l’ont pas non plus. J’ai donc cherché d’autres méthodes de travail pour y arriver, puis pour les enseigner à mes élèves.

Pour limiter la procrastination, je vous propose d’apprendre les 5 positions simultanément.

Avec cette approche globale, vous n’aurez jamais cette sensation de perpétuel recommencement.

Pourquoi ?

Car si vous débutez la guitare, vous êtes de toute façon nul dans les 5 positions ! Je dirais même que vous êtes équitablement nul, alors si vous les apprenez toutes en même temps, vous progresserez de manière équilibrée. Vous passerez plus facilement de l’une à l’autre et vous risquez donc moins de vous limiter à une position par confort.

Je vous recommande de mixer cette méthode avec la précédente afin de diversifier vos approches.

En effet, plus vous variez les contextes d’apprentissage d’une notion et plus vous en renforcez la mémorisation. Sur un mois, vous pouvez consacrer 1 semaine à une des positions, puis revenir à une méthode globale le reste du temps. Vous pouvez aussi alterner sur des périodes plus courtes ou plus longues : 3 jours de méthode laser et 4 jours de méthode globale ou dédier 1 mois complet à chacune.

À vous de doser selon vos envies.

Pour mettre cette approche en pratique, travaillez chaque position pendant quelques minutes, puis répétez toute l’opération au moins trois fois.

P1 P2 P3 P4 P5 — P1 P2 P3 P4 P5 — P1 P2 P3 P4 P5

Voici plusieurs routines de travail selon votre temps disponible :

  • 60 minutes : faites 3 séries de 20 minutes à raison de 4 minutes par position ;
  • 45 minutes : faites 3 séries de 15 minutes à raison de 3 minutes par position ;
  • 30 minutes : faites 3 séries de 10 minutes à raison de 2 minutes par position ;
  • 15 minutes : faites 3 séries de 5 minutes à raison de 1 minute par position.

Envie d'en savoir plus ?

Si vous voulez en apprendre plus sur cette stratégie d’apprentissage entrelacé,
je vous conseille l’excellent article de Roman Buchta sur le sujet.

Et si on allait encore plus loin ?

Il existe encore une autre méthode que j’enseigne dans ma formation Impro Zen (Comment bien débuter l’improvisation avec la gamme pentatonique).

Elle est idéale si vous débutez la guitare, car elle vous évitera de tomber dans les pièges décrits en début d'article. Bonus : elle est aussi efficace si vous avez déjà quelques années d’expérience et que vous vous sentez prisonnier d’une position.

En effet, vous ne pourrez jamais effacer vos connaissances actuelles pour travailler à égalité les 5 positions. Par contre, vous pouvez les considérer comme une graine fertile à faire pousser. C’est tout le principe de la technique d’expansion graduelle : se baser sur un noyau solide de connaissances et le développer pas à pas en y injectant des notions nouvelles. On peut assimiler cela à des cercles concentriques.

Cercles concentriques

Avec cette approche, vous pourrez travailler une nouveauté sur de longues périodes sans jamais avoir l’impression de repartir sans cesse à zéro. Mais attention, chaque apprentissage doit être mis en étroite relation avec votre noyau de connaissances, sinon vous retomberez dans les travers de l’apprentissage par bloc.

Apprenez la gamme pentatonique avec l'expansion graduelle

Cliquez ici pour en savoir plus sur cette méthode d'apprentissage.

Bon… je sens que vous n’êtes pas encore vraiment rassasié. Alors on enchaîne de suite sur des astuces moins courantes pour mémoriser les positions de la gamme pentatonique.

 

share twitter

5 astuces (peu connues) pour mémoriser la gamme pentatonique

5 astuces pour apprendre la gamme pentatonique à la guitare

Le problème des positions est qu’elles vous enferment dans des blocs. Résultat, la plupart des guitaristes improvisent avec une logique verticale, c’est-à-dire en passant d’une position à l’autre sans jamais vraiment les relier : quelques plans dans la position 1, puis dans la position 5, puis dans la position 2, etc. Par contre, ceux qui sont capables d’improviser de manière horizontale (en jouant sur une seule corde par exemple) sont une espèce rare ! L’approche verticale n’est pas mauvaise, mais si vous vous limitez à cela, vous bridez votre créativité.

Gravez bien ceci dans votre mémoire :

Les positions ne sont que des outils de travail pour vous aider à mémoriser les gammes plus facilement.

C’est vraiment un truc de guitariste qui n’aurait aucun sens pour un pianiste ou un trompettiste par exemple. L’apprentissage des positions n’est donc qu’une étape pour vous permettre d’être libre sur tout le manche. Ce qui compte vraiment est de pouvoir revenir au schéma global :

Schéma des 5 positions de la gamme pentatonique

Là aussi, ma méthode d’expansion graduelle évite l’écueil des blocs de position, car elle vous aide à improviser en passant naturellement d’une position à l’autre.

Venons-en maintenant aux astuces.

Vous savez, je suis plutôt feignant. Alors si on me donnait le choix entre mémoriser 2 intervalles ou 5 positions, je prendrais sans hésiter la première option.

Et vous ?

Astuce 1 : 2 intervalles au lieu de 5 positions

Voici le schéma de la gamme pentatonique sur une seule corde.

Diagramme de la gamme pentatonique sur 1 corde

Vous noterez que certaines notes sont séparées par une case et d’autres par deux cases. C’est lié aux intervalles du mode pentatonique.

Rappelez-vous que l’on peut mesurer la distance qui sépare chaque note de la précédente à l’aide de ton et de demi-ton. Si une note se trouve 2 cases après la précédente (soit 1 ton), elles sont à distance de seconde majeure. Si une note se trouve 3 cases plus loin que la précédente (soit 1,5 ton), elles sont à distance de tierce mineure.

La gamme pentatonique peut donc se résumer à deux intervalles : la tierce mineure et la seconde majeure.

Intervalles de tierce mineure et seconde majeure

Et en plus, ils se jouent tous deux avec les mêmes doigtés : doigt 1 et doigt 3 !

Pour plus de commodité, je nommerai « 2 » le doigté utilisé pour jouer l’intervalle de seconde majeure et « 3 » celui utilisé pour la tierce mineure — ces chiffres symbolisent le nombre de cases séparant chaque note.

Doigtés des intervalles de tierce mineure et seconde majeure

Vous aimez quand les choses sont simples ? Moi aussi.

Reste maintenant à comprendre comment ils sont disposés sur la corde.

Là encore, c’est très facile.

Identifiez d’abord ce groupe : tierce mineure - seconde majeure.

Groupe tierce mineure - seconde majeure

Vous noterez que les deux intervalles sont collés : la dernière note de la tierce mineure est en même temps la première note de la seconde majeure.

Nous avons donc la formule [3 2].

Formule 3 2

Maintenant, avancez de deux cases (symbolisées « 2 » juste après) et… jouez le même groupe une nouvelle fois.

Nous obtenons la formule [3 2] - [2] - [3 2].

Formule 3 2 2 3 2

Voilà ! Fin de l’histoire. Vous venez de jouer votre gamme pentatonique sur une seule corde.

Si vous mémorisez ce schéma par coeur, vous connaissez votre gamme pentatonique.

Jean-Michel Débutant : Quoi, c’est tout ?!

Oui. Je vous avais bien dit que c’était simple, non ?

Jean-Michel Débutant : Mais moi je veux improviser sur plusieurs cordes !

Pas de problème, ce schéma est identique sur toutes les cordes. Si vous improvisez avec la gamme pentatonique mineure de sol, vous avez juste à repérer les cases où se trouve la note sol.

Envie de maîtriser le manche de la guitare ?

Si vous ne connaissez pas encore vos notes sur la guitare, découvrez 7 astuces pour apprendre facilement les notes sur le manche de la guitare ou suivez ma formation pour tout maîtriser en 60 jours chrono.

Diagramme de la gamme pentatonique sur les 6 cordes de la guitare

Jean-Michel Débutant : Mais moi je veux improviser sur les 22 cases de ma guitare !

Très bien. Il vous suffit de repartir à chaque fois de la dernière note du deuxième groupe.

Diagramme de la gamme pentatonique sur 2 octaves (sur 1 corde)

Jean-Michel Metal : Moi j’ai 24 cases sur ma guitare, ça marche aussi ?!

Oui.

Jean-Michel Djent : Et moi, j’ai 10 cordes et 36 cases à ma guitare !

Là, j’avoue c’est problématique…

Jean-Michel Djent : Ahah ! J'ai trouvé une faille dans votre astuce, hein ?!

Je t’ai eu, c’était une blague.

Jean-Michel Djent : Zut flûte cacaboudin...

Allez, c’est mon jour de bonté ! Je vous donne une autre manière de visualiser cette gamme sur une seule corde — choisissez celle qui vous plait !

Avec cette approche, vous devrez mémoriser deux groupes d’intervalles :

  • tierce majeure, seconde majeure, seconde majeure ;
  • tierce majeure, seconde mineure.

Formules 3 2 2 et 3 2

Nous avons donc deux formules : [3 2 2] et [3 2].

Maintenant, jouez ces deux formules en les enchaînant.

Formule 3 2 2 3 2 variante

Vous noterez que la dernière note de la formule 1 est aussi la première note de la formule 2.

Voici 2 plans blues pour illustrer le jeu sur une corde.

Plan blues sur la gamme pentatonique mineure (1)

Plan blues sur la gamme pentatonique mineure (2)

 

Place à la deuxième astuce !

Astuce 2 : 4 motifs de 4 notes au lieu de 5 positions de 12 notes

Les 5 positions de la gamme pentatonique comptent chacune 12 notes (2 par corde). Là encore, nous allons réduire cela à 4 motifs simples de 4 notes. J’utiliserai de nouveau les abréviations « 2 » et « 3 » pour symboliser les doigtés de chaque motif.

Ces quatre motifs sont simples à retenir, car ils sont liés aux deux intervalles vus dans l’astuce précédente : la tierce majeure (doigté « 3 ») et la seconde majeure (doigté « 2 »).

Pour obtenir le premier motif, dupliquez le doigté « 3 » sur une corde adjacente. Vous obtenez un motif que je nommerai [LONG].

Gamme pentatonique - motif 1

Pour obtenir le deuxième motif, dupliquez le doigté « 2 » sur une corde adjacente. Vous obtenez un motif que je nommerai [COURT].

Gamme pentatonique - motif 2

Pour obtenir le troisième motif, combinez les deux doigtés dans cet ordre « 3 », puis « 2 ». Vous obtenez un motif que je nommerai [LONG COURT].

Gamme pentatonique - motif 3

Pour obtenir le quatrième motif, combinez les deux doigtés dans cet ordre « 2 », puis « 3 ». Vous obtenez un motif que je nommerai [COURT LONG].

Gamme pentatonique - motif 4

Les motifs 3 et 4 peuvent être plus difficiles à mémoriser, car vous devez jouer des doigtés différents sur chaque corde. Toutefois, si vous êtes observateur, vous aurez noté que le motif 4 est une version inversée du motif 3.

Il y a d’abord une symétrie sur l’axe horizontal : le doigté « 3 » se trouve sous le doigté « 2 » dans le motif 3 alors qu’il se trouve au-dessus dans le motif 4.

Exemple de symétrie horizontale sur un motif de la gamme pentatonique

Il y a ensuite une symétrie sur l’axe vertical. Les deux doigtés sont alignés à gauche dans le motif 3, c’est-à-dire que les premières notes de chaque doigté sont situées sur le même numéro de case. À l’inverse, ils sont alignés à droite dans le motif 4, car ce sont les dernières notes de chaque doigté qui se trouvent sur le même numéro de case.

Exemple de symétrie verticale sur un motif de la gamme pentatonique

Voyons maintenant comment relier ces 4 motifs.

Le motif [LONG] est toujours précédé et suivi du motif [COURT]. Cela nous donne donc un bloc [COURT LONG COURT].

Formule court - long - court (gamme pentatonique)

Notez maintenant comme les motifs [LONG COURT] et [COURT LONG] s’emboîtent parfaitement. On se croirait dans Tetris ! Oh tiens, appelons donc cette combinaison le bloc [TETRIS] !

Formule Tetris (gamme pentatonique)

Pour terminer, vous n’avez plus qu’à combiner ces deux blocs pour obtenir votre gamme pentatonique sur 2 cordes.

On obtient donc la formule : [TETRIS] - [COURT LONG COURT]

Formule Tetris - court - long - court (gamme pentatonique)

Pour jouer votre gamme sur 2 octaves, vous aurez juste à reproduire cette formule à l’identique à partir de la dernière note.

Formule Tetris - court - long - court sur 2 octaves (gamme pentatonique)

Une autre manière de voir les choses serait de considérer le motif [LONG] comme point central.

À sa droite, il y aura le motif [COURT] suivi du motif [LONG COURT].

À sa gauche, il y aura le motif [COURT] précédé du motif [COURT LONG].

Cela nous donne [COURT LONG] - [COURT] - [LONG] - [COURT] - [LONG COURT]

Formule court - long - court - long - court - long - court (gamme pentatonique)

Encore une fois, c’est à vous de choisir la méthode de mémorisation qui vous convient.

Quoi qu’il en soit, ce diagramme de gamme sur 2 cordes fonctionne pour tous les couples de cordes, excepté sol, si (corde 3 et 2). Pourquoi ? Car la corde de si n’est pas accordée comme les 5 autres cordes de la guitare.

RAPPEL : une guitare est accordée en quarte juste (soit 2 tons et demi) sauf entre les cordes 3 et 2 où on a une tierce majeure (soit 2 tons). Il manque alors un demi-ton par rapport aux autres couples de cordes, ce qui nous oblige à le compenser en décalant toutes les notes de la corde 2 d’une case vers l’aigu. En réalité, il s’agit donc toujours du même diagramme, mais la ligne du dessous est simplement décalée.

Diagramme de la gamme pentatonique sur les cordes 3 et 2

Voici maintenant deux plans blues utilisant le jeu sur deux cordes.

Plan blues sur la gamme pentatonique majeure (3)

Plan blues sur la gamme pentatonique mineure (4)

 

On enchaîne de suite avec la troisième astuce !

Astuce 3 : 2 motifs à empiler pour couvrir les 6 cordes

Pour cette astuce, nous devons faire quelques ajustements sur notre motif [COURT] — gardez en tête notre motif [LONG], car il nous resservira très bientôt.

Dupliquez encore une fois le doigté « 2 » pour obtenir un nouveau motif sur 3 cordes. Autrement dit, ce nouveau motif est constitué du doigté « 2 » dupliqué 3 fois verticalement.

Pour l’occasion, nous allons nommer ce nouveau motif [CARRÉ] puisqu’il couvre 3 cordes verticalement et 3 cases horizontalement.

Motif carré (gamme pentatonique)

Restons dans la géométrie et rebaptisons notre motif [LONG] en motif [RECTANGLE] vu qu’il couvre plus de surface horizontalement que verticalement (4 cases contre 2 cordes).

Motif rectangle (gamme pentatonique)

Laissons maintenant la magie opérer !

Comme pour l’astuce précédente, le motif [RECTANGLE] sera notre point de départ. Lorsque vous le jouez, retenez qu’il y aura toujours le motif [CARRÉ] au-dessus et au-dessous de lui.

Imaginez une guitare ayant une infinité de cordes : ce même schéma se répèterait alors sans cesse à l'identique.

Voici l'illustration de cette gamme pentatonique virtuellement infinie.

Gamme pentatonique infinie

En combinant une seule fois ces deux motifs, vous obtenez la gamme pentatonique sur 2 octaves.

En effet, le motif [RECTANGLE] compte 4 notes et le motif [CARRÉ] en contient 6, ce qui nous fait un total de 10 notes. Vu qu’une gamme pentatonique ne contient que 5 notes, cela veut bien dire qu’elle se répète deux fois. En voici l'exemple avec la gamme pentatonique mineure de la.

Diagramme de la gamme pentatonique mineure sur 2 octaves

Illustrons cette astuce avec deux plans blues.

Plan blues sur la gamme pentatonique mineure (5)

Plan blues sur la gamme pentatonique mineure (6)

 

Vous en voulez encore ? Alors on continue !

Astuce 4 : jouez trois notes par corde

Vous en avez marre de ces plans bateaux qu’on entend à chaque solo ?

Bien. Alors je vous propose une nouvelle manière de jouer votre gamme pentatonique.

Les 5 positions traditionnelles contiennent systématiquement 2 notes par corde, mais souvenez-vous, ce ne sont que des outils arbitraires pour vous aider à mieux mémoriser le diagramme complet de la gamme.

Conséquence : jouez deux notes par corde n’est pas une règle absolue !

Pour changer, nous allons jouer trois notes par corde. Pour cela, il faut revenir à notre diagramme sur 1 corde et en changer les doigtés.

Il existe trois formules possibles : 3 2, 2 2 et 2 3.

Formules de doigtés à 3 notes par corde (gamme pentatonique)

Ces doigtés sont difficiles à réaliser dans le registre grave de la guitare à cause d’importants écarts de doigts, mais ils sont parfaitement faisables dans les aigus grâce au rétrécissement progressif des cases. Si vous débutez la guitare et que vous trouvez ces doigtés trop difficiles, vous pouvez toujours utiliser les slides pour vous déplacer sur la même corde.

Ces doigtés offrent de nouvelles possibilités de phrasés, notamment au niveau des notes répétées. Si vous les utilisez sur deux cordes, vous noterez que la dernière note du doigté de la corde inférieure est toujours identique à la première note du doigté de la corde supérieure (cette répétition de note est indiquée en rouge dans l'illustration ci-dessous).

Voici les 5 combinaisons possibles sur 2 cordes.

Combinaisons de doigtés à trois notes par corde (gamme pentatonique)

Ainsi, vous avez la possibilité de répéter la même note, mais sur deux cordes différentes, ce qui lui confère alors une sonorité légèrement différente.

Notez aussi que vous pouvez jouer la gamme entière sur seulement 2 cordes (contre 3 lorsque vous utilisez les positions habituelles à deux notes par corde). Pour cela, vous avez juste à jouer le bloc [TETRIS] !

Formule Tetris à trois notes par corde sur 1 octave (gamme pentatonique)

Vu qu'il s'agit d'une astuce à trois notes par corde, je vous propose trois plans blues pour découvrir les possibilités de cette approche.

Plan blues sur la gamme pentatonique mineure (7)

Plan blues sur la gamme pentatonique majeure (8)

 Plan blues sur la gamme pentatonique mineure (9)

 

Votre cerveau est toujours en vie ?

Bien, car vous avez franchement déjà de quoi faire ! On pourrait presque s’arrêter là.

Bon… OK ! je vois bien votre mine déconfite… Allez d’accord, encore une dernière astuce, mais c’est vraiment par gourmandise, hein !

Astuce 5 : les octaves sont vos amies

Pourquoi se déplacer verticalement ou horizontalement quand on peut faire les deux à la fois ?!

C’est pour cela que j’adore les octaves ! Avec elles, vous explosez les blocs en traversant les cinq positions de part en part.

Comme expliqué dans l’astuce 1, il vous suffit de connaître l’emplacement des octaves sur le manche de la guitare.

Diagramme des octaves sur le manche de la guitare

Appliquons cette logique aux 4 motifs que vous avez appris précédemment.

Motifs en octaves (gamme pentatonique)

Et en utilisant le bloc [TETRIS], vous pouvez même jouer votre gamme entière 3 fois de suite !

Motif Tetris en octaves (gamme pentatonique)

Revenons maintenant à notre diagramme sur 2 cordes en combinant ces 4 motifs.

Avec l’astuce des octaves, vous couvrez pas moins de 18 cases, soit la quasi totalité du manche de la guitare ! Impressionnant, n’est-ce pas ?

Formule sur 2 cordes en octaves (gamme pentatonique)

Mettons cette astuce en pratique avec deux nouveaux plans blues.

Plan blues sur la gamme pentatonique mineure (10)

Plan blues sur la gamme pentatonique mineure (11)

 

Les rappels, ce n’est pas que pour les concerts !

La preuve, je reviens avec une astuce bonus pour conclure en beauté ce merveilleux article !

Astuce bonus : les 3 cordes graves copient les 3 cordes aigües

Cette excellente astuce me vient d’une vidéo de Laurent Rousseau de la chaîne La minute utile du musicien. Elle est si peu évoquée que je me sens obligé de la partager avec vous.

PARENTHÈSE : cette chaîne est une des meilleures chaînes francophones sur la guitare, alors abonnez-vous sans hésiter ! Laurent est un pédagogue hors pair doublé d’un excellent musicien, et ses vidéos sont de vraies pépites de savoir pleines d’humour. Je suis en total accord avec sa vision de la musique et de l’enseignement de la guitare. Fin de la parenthèse.

Derrière cette astuce au titre mystérieux se cache une réalité simple : les doigtés joués sur les 3 cordes aigües d’une position se retrouvent à l’identique sur les 3 cordes graves de la position suivante.

Pensez bien que vos positions se décalent d’une case vers l’aigu à partir de la corde de si pour compenser l’accordage de tierce majeure entre les cordes 3 et 2 (il manque un demi-ton).

Or, les 3 cordes graves de la guitare sont toutes accordées en quarte, aucune compensation n’est donc nécessaire lorsque vous passez sur les cordes graves de la position suivante. Décalez les doigtés des cordes 2 et 1 d’une case vers le grave pour revenir au diagramme normal de la gamme.

Diagramme des relations entre les positions de la gamme pentatonique mineure

Je vous ai encore menti…

Il y a en vérité 7 astuces !

Dernier conseil pour bien apprendre la gamme pentatonique

On se quitte avec un dernier conseil : créez un maximum pour mieux progresser.

La créativité est un formidable outil pour vous approprier musicalement une notion technique ou théorique. En cherchant le moyen de vous exprimer avec la gamme pentatonique, vous la ferez entrer dans votre univers musical jusqu’à ce qu’elle devienne partie intégrante de votre jeu.

Pour faire court, composez et improvisez un maximum.

Pour forger votre personnalité musicale et faire sonner la gamme pentatonique comme personne, vous devez suivre 2 étapes :

Étape 1 : Inspiration

Inspirez-vous des autres musiciens en apprenant des plans ou des solos basés sur cette gamme.

Ne vous limitez pas aux guitaristes. Écoutez aussi des pianistes, des saxophonistes, des batteurs, des chanteurs, des bassistes, des violonistes, etc. Allez même plus loin en puisant des idées dans les musiques arabes, indiennes, africaines, japonaises, russes, etc.

Même si la gamme pentatonique n'y est pas forcément utilisée, chaque culture a sa propre manière de phraser la musique. Il y a donc toujours des choses utiles à prendre même d'univers très éloignés. Cela vous permet ensuite d'épicer votre gamme pentatonique en la jouant différemment.

Étape 2 : Appropriation

Ne croyez surtout pas que vous manquerez de personnalité en vous inspirant des autres.

Pablo Picasso disait : « les bons artistes copient, les grands artistes volent ».

Lorsque vous apprenez un plan, vous devez l’analyser pour comprendre comment il est employé et pouvoir le réutiliser après dans d’autres contextes.

Ensuite, vous devez le réinterpréter à la manière d’un chef étoilé revisitant une recette traditionnelle.

Pour cela, faites-en des variations : changer les notes, le rythme, les modes de jeu, le tempo, la durée, etc.

On termine cet article avec un dernier plan bonus.

Celui-ci utilise la gamme mineure blues. En réalité, il s'agit juste d'une gamme pentatonique mineure à laquelle on ajoute une quarte augmentée — dans cet exemple, il s'agit de la note mi bémol.

Plan blues sur la gamme mineure blues (12)

Téléchargez 12 plans blues et 8 fiches résumé
Maîtrisez la gamme pentatonique et faites-vous plaisir en improvisant.
Inscrivez votre email et je vous envoie ces bonus immédiatement.
Vous vous désinscrivez quand vous le souhaitez.

Si vous avez aimé cet article, merci de le partager

Vous m'aiderez ainsi à faire connaître mon travail et vous permettrez à d'autres guitaristes de mieux comprendre et apprendre la gamme pentatonique (les boutons de partage sont juste en-dessous).

share twitter

Commentaires   

0 #4 Cyril Michaud 24-01-2020 20:53
Merci beaucoup Jo :lol:
Citer
0 #3 Jo 18-01-2020 21:23
Super article, top du top
Citer
0 #2 Cyril Michaud 14-11-2019 14:28
Merci pour ton commentaire Roman ! :)
J'espère que les lecteurs auront la curiosité d'aller voir aussi ton article !
Citer
+1 #1 roman de Ouimusique 14-11-2019 10:30
Merci beaucoup et bravo pour ce super article !
Je pense qu'il est difficile de faire plus complet. ;)
C'est vraiment une super aide que tu offres aux guitaristes !

Perso, j'ai beaucoup aimé l'anecdote du livre de George Perec ecrit sans la lettre "e" ! Cela illustre très bien l'intérêt de se donner des contraintes...

Excellente continuation
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir